Comme un petit chat dans un sac-poubelle éclaté contre un mur

 

 

Cela fait cinq mois,

jour pour jour, heure pour heure,

que la fille que j’aimais a disparu des radars

suite à l’entrave soudaine et violente de ses parents..

 

Je vais digresser comme il y a cinq mois,

divaguer de détresse,

car oui, je suis encore hanté par Mélia,

pas son silence si soudain,

son implacable absence..

 

Je pense à elle chaque jour;

chacun des jours de l’Hiver, j’ai pleuré

d’un ineffable dépit..

Je croyais avoir scellé une vraie amitié, un véritable amour..

 

Quand on se voue à un être et qu’on y met tout son coeur

être désavoué et jeté du jour au lendemain,

c’est infiniment triste, sinistre;

terriblement consternant.

 

Bien que notre écart d’âge fut incongru,

nous avions profondément besoin l’un de l’autre;

nous nous rendions heureux

nous en parlions avec panache autour de nous..

 

Eprouver du bonheur

dans les plus petites choses du quotidien

est suffisamment rare

pour être considéré à sa juste valeur..

 

Nous avions le désir de partager mille choses ensemble,

et l’idée que cela doive s’arrêter par la force des choses

n’était pas un souci.

Nous vivions l’instant présent..

L’important était de vivre

ce pourquoi le destin nous avez réuni..

 

Nous nous apprêtions à mettre notre couple en orbite

lorsqu’un missile l’a pulvérisé en plein vol..

Je m’en suis trouvé abattu, délavé, sidéré; interdit.

J’avais foi en elle, j’avais foi en nous.

Nous avions enfin le désir mutuel d’aller de l’avant;

nous étions bien plus fort ensemble.

 

Cette relation que je pensais éminemment humaine

avait tout son sens à mes yeux.

 

Jusqu’à ce que je me fasse ghoster

et que tout ce en quoi je croyais s’effondre:

l’Amour..

 

J’ai réalisé un double album -rien de moins-

pour exprimer tout ce qui m’a traversé

de part en part

depuis la disparition de ma promise..

Mes amis ont été bouleversés

en écoutant ma voix dérailler..

 

Il n’y a guère que moi pour consacrer

une oeuvre Dantesque

à une personne qui m’a abandonné..

 

Je considère qu’un bouquet poétique

qui a -au passage- reçu deux prix littéraires

est la meilleure réponse qui soit

à cette saloperie contemporaine

qu’est le ghosting..

 

Moi qui n’ai jamais délaissé quiconque

de ma vie entière

j’avoue que cela me dépasse..

Génération TikTok = petit coeur en plastoc ?

 

On est ce qu’on fait.

 

Elle fut déloyale.

Un peu teubée peut-être aussi..

 

Si Mélia m’avait adressé quelques mots

au milieu de la tempête

je ne serais sans doute pas encore là

à me désoler..

 

Ce sont toujours ceux

qui prennent la fuite,

se désolidarisent par manque de cran

qui sont rattrapés bien plus tard

par ce qu’ils ont gâché..

 

Il paraît que la demoiselle a tourné la page,

du moins, c’est ce que m’avait dit sa meilleure amie.

 

La petite chérie m’avait pourtant déclaré

qu’elle ne m’abandonnerait jamais,

qu’elle serait toujours à l’écoute..

 

Mélia ne souhaitait pour rien au monde me perdre;

Mélia m’aimait de tout son cœur..

etc etc..

 

On dit parfois ce genre de chose

lorsqu’un seul être aux alentours

se soucie de vous.

 

Un nouveau garçon, plus jeune, plus raccord

m’aura sans doute déjà remplacé à l’orée de l’Hiver;

J’ai eu le sentiment de n’être plus déjà

qu’une vague buée..

 

Nous n’avions ni argent ni situation,

et je suppose qu’elle a dû se dire

que notre cocon de plumes, désormais éventré

n’avait plus d’avenir, sinon en Enfer..

 

Moi j’étais prêt à changer de boulot, à changer de région

pour rester près d’elle.

Finalement je suis plus romantique et fougueux

que les jeunes de sa génération..

Elle qui avait coutume d’enchaîner les relations courtes,

elle saura retrouver ses marques, sans aucun doute..

 

J’ai déclaré à son amie que je l’aimais à en crever

et je ne fus pas loin de crever..

 

Lorsque j’ai quitté ma toute première compagne,

je suis resté neuf années seul.

Or, je n’ai jamais éprouvé un sentiment plus pure

que pour cette femme-enfant qu’est Mélia.

Imaginez dès lors, dans quel état fut mon cœur

lorsque j’ai découvert que le sien était creux..

 

Peut-on abandonner son homme ainsi

sans avoir le coeur creux ?

 

On raconte que les Verseaux

n’ont aucune empathie,

tout en ayant vocation

de servir de grandes causes..

Mélia voulait devenir vétérinaire

mais m’a flanqué par la portière

comme un chien encombrant..

 

Les Verseaux ont besoin

d’enchaîner les ports de transit.

De pseudos-amis ici et là

pour se délester

de pseudos-amis

là et ici..

 

Les ailes de mon grand rêve

n’ont pu se déployer;

je les ai vues brûler, impuissant;

je me suis effondré.

 

Je suis toujours à terre..

 

La mère de ma promise

m’a écrasé son pied sur la gueule;

elle s’est appuyée sur une protection

psychiatro-juridique

pour m’interdire de revoir sa fille..

A ceci-près

que celle-ci n’avait jamais été aussi malade

que sous le toit familial

et jamais aussi épanouie

que sous le mien..

 

Peut-être l’avait-on mise sous tutelle cette fois-ci;

sans doute l’était-elle déjà..

Elle avait fait pas mal de jolies conneries

et on considérait -à tord- que j’étais celle de trop..

 

..à cause d’un shooting..

 

Parlons-en de ce putain de shooting !

 

Je ne voulais pas faire ces photos là.

Jusqu’alors je n’avais photographié personne chez moi.

Je photographie essentiellement les gens en extérieur..

Je souhaitais réaliser des clichés dehors, en forêt.

Mais il avait plu la veille et il faisait un peu froid;

alors la principale intéressée a décliné

une fois débarquée chez moi.

 

Nous étions en train de discuter de lingerie

(mon ex bossait dans un magasin de dentelle),

lorsque nous avons évoqué les tailles de bonnet.

J’ai émis un doute sur le fait que la miss puisse faire du E,

et la belle m’a dégainé sans crier gare, ses gros lolos..

 

J’ai été intimidé par sa soudaine assurance,

par sa façon de me pointer du regard,

elle qui l’instant d’avant semblait si timide..

 

Elle m’avait raconté qu’elle avait eu sa puberté

en fin de primaire.

Sand doute avait-elle pris coutume

de faire de ses seins un appât..

 

Mais moi,

au lieu de faire ce que les mecs font

dans ce genre de cas de figure,

j’ai saisi mon appareil photo à la volée;

je me suis réfugié derrière;

j’ai battu en retraite..

 

Mélia a cru que je ne lui plaisait pas, c’était tout l’inverse..

Elle a cru bon de rejoindre le week-end suivant un lascar

qui l’a violentée, brutalisée dans l’intimité.

 

Les jeunes femmes contemporaines s’imaginent

pour la plupart

qu’elles ne peuvent plaire à un homme

qu’avec leur corps,

plutôt qu’avec leur esprit

leur humour

ou leur singularité..

 

Génération Insta..

 

Il se trouve qu’avoir esquivé d’emblée

une relation intime

pour privilégier une relation humaine

a abouti -en différé-

à une absolue catastrophe..

 

J’ai été jugé coupable par la famille de ma compagne

pour un shooting que je n’avais même pas prémédité,

et du reste,

contraint de réfréner mes plus ardents désirs

le peu de temps

que j’aurais eu ma dulcinée entre mes bras,

afin de ne pas attiser

son récent trauma..

 

La sexualité est un rituel sacré à mes yeux,

qui se doit de cristalliser la beauté d’un couple,

suivant un intense et transcendant crescendo..

 

Ca me fait assez mal de me dire que les loulous

qui vont suivre, comme ceux, nombreux,

qui m’ont précédé

n’auront pas l’ombre d’une philosophie amoureuse..

 

Ils te traitaient mal tout autant qu’ils étaient

m’as-tu dit..

 

Et pourtant, tu n’as cessé d’empiler..

Quand la teucha palpite, il faut la soulager,

n’est-il pas ?

Mais est-on soulagé

de se faire abîmer

pour quelques prélis bâclés ?

 

Je n’ai pas souhaité avoir de détails,

ils se devinent aisément..

 

Tu m’as demandé ce qui m’excitait au lit;

Tu m’as dit que je pouvais te faire ce que je voulais..

 

Je n’ai pas osé répondre,

j’ai botté en touche

en te disant

que j’allais rédiger cela par écrit..

Je ne me voyais pas prononcer

certains mots devant toi,

et j’ai eu clairement tord..

Notre relation manquait

un tantinet de piment..

 

Je souhaitais infiniment t’éprouver

de toutes les manières possibles..

en commençant par repasser

sur les méfaits des autres

trop peu soucieux de ton plaisir..

 

J’avais un million d’idées

pour sceller entre nous

un très grisant rivage..

Mais une dimension érotique d’envergure

ne prend corps

que lorsqu’une relation s’ancre véritablement,

offrant des moments propices

à la transcendance de deux corps

ivres de singuliers dialogues..

 

J’ai été hanté par d’intenses et tenaces

rêveries érotiques

inspirées par ta cruelle absence;

ma frustration fut sans précédent,

je le concède..

Je suis resté infiniment trop sage,

le peu de temps qu’aura duré notre relation;

un gâchis qui me laissera durablement

hanté..

 

 

Mon esprit est beaucoup plus fertile qu’à la vingtaine

et mon corps appelle à d’avantage de sensualité,

de complicité, de lubricité et d’intensité..

 

Dans ma famille on meurt à près de cent ans ;

je n’ai pas de ride, j’ai la peau douce

et je peux remettre le couvert

une demi-douzaine de fois.

Avec tout ce que tu as déjà infligé à ton corps

(anorexie, potomanie, weed, amants à MST),

il n’est pas certain que je sois le premier

à passer l’arme à gauche..

 

Qui sait, peut-être m’as-tu refilé une vilainerie ?

Tu n’aimais pas trop les capotes, tout comme moi

mais tu avais connu “tellement” de loustics, à t’écouter..

Je n’ai pas osé demander le nombre de serials-vicelards

qui s’étaient montrés un peu trop audacieux avec toi..

C’était un brin suicidaire d’ailleurs, pour un homme comme moi

qui veut encore des enfants, de coucher avec une tête brûlée..

Il fallait vraiment que je t’Aime pour prendre ce risque là..

On n’a même pas joué au grand méchant loup,

au petit chaperon rouge..

C’est vraiment trop con..

 

Pour l’heure le Printemps est là et je n’ai plus ta main dans la mienne..

Je souffre du ciel bleu, des arbres fleuris et du soleil.

Je souffre des escapades à la mer que nous ne ferons pas.

 

J’ai souffert avant tout de ne pas avoir pris une ultime fois

tes deux mains

pour te dire que je t’aimais

plus que tout au monde..

J’aimais te prendre les mains pour te parler, souviens-toi;

tu étais vraiment ma princesse.

 

Durant cinq mois j’ai été tellement triste

de ne plus entendre

ta petite voix chevrotante..

 

Je sortais de mes cours et je voulais t’appeler

et ce n’était plus possible de t’entendre;

c’était tellement absurde..

 

J’avais l’impression de ne plus être grand chose en tant absence.

Chaque journée était une nouvelle antichambre à traverser..

 

L’année dernière, du Printemps à L’Automne,

les gens s’étaient déshabillés spontanément

devant mon appareil,

sans que je ne leur demande rien.

Je m’y étais habitué et c’est sans doute pourquoi,

j’avais archivé ton shooting sur mes passerelles,

comme les précédents..

Je ne pensais pas que nous allions devenir amis

et tomber amoureux par la suite.

 

Durant un semestre, je n’ai photographié

personne d’autre que toi,

et j’avais donc oublié ces photos..

 

Si j’avais pu faire mes clichés en extérieur,

ils auraient été autrement plus poétiques..

Je trouve certains portraits vraiment sublimes néanmoins.

 

Je n’ai jamais rien fait contre toi ou dans ton dos.

J’ai fait tout mon possible pour te rendre heureux,

pour te réconforter.

 

Je considérais notre relation comme la plus jolie chose

qui me soit jamais arrivée.

Tes parents se sont un peu trop hâtés à tout précipiter

dans la boue.

 

Ils ont été niais. Ce n’est pas en te mettant en laisse

et en t’ensevelissant de psys et de psychiatres

qu’ils vont te sauver.

Ni en se mettant la tête dans le sable:

la fille à moitié nue d’entré de jeu,

ce sont tes moeurs plutôt que les miennes..

 

Moi je ne demandais qu’à me vouer à ton bonheur.

Cela donnait du sens à mon existence.

Certes, notre relation était fort atypique

mais c’est ce qui la rendait belle

et intéressante.

 

On t’a sans doute convaincu

que j’étais une mauvaise pioche,

une bêtise que tu raconterais bientôt honteuse

autour d’un verre avec tes potes.

 

J’ai pris ton silence comme une répudiation;

je n’ai pas compris pourquoi je ne méritais pas

un mot ta part

moi qui avait toujours été là pour toi

quand tu perdais pied.

Je t’ai tendu la main de multiples fois.

Et il faut croire que je n’ai pas mérité la tienne..

 

Tu ne peux pas savoir le mal que cela m’a fait,

que tu me tournes le dos sans te retourner..

Jamais tu ne le sauras..

 

Plusieurs amis ont cru que j’allais

mettre fin à mes jours

vois-tu..

 

Mes amis-hommes t’ont accordé

des circonstances atténuantes..

Mes amies-femmes sont beaucoup moins indulgentes.

Elles ont trouvé ton comportement inadmissible,

puéril.

Certaines pensent que tu es instable,

qu’on t’a retourné la tête.

L’une d’elle a même émis le souhait

de te mettre son poing dans la gueule..

C’est la première fois que je l’entendais

dire une chose pareille..

Une autre encore

pense que tu m’as bourré le mou,

que j’ai été naïf..

 

Tu m’avais tout de même avancé

que ton père avait 53-55 ans,

alors qu’il a presque mon âge..

 

Ton padre croyait que j’avais la main mise

sur ta personne

car je t’aidais à rédiger tes textos..

Il ne sait aucunement à quel point

cela me gonflait..

 

La vérité c’est que je m’étais mis

à vivre à ton rythme,

à manger tes plats favoris

et à me lever aux aurores tout comme toi,

moi qui suis nocturne..

 

J’étais prêt à changer mes habitudes

pour toi.

 

Je n’ose pas demander

à ta meilleure amie de tes nouvelles.

Je devrais me réjouir que tu ailles bien

si tel est le cas..

mais apprendre

que tu as un nouvel mec,

ce serait un peu une seconde mort

pour moi..

Je suis déjà mort une fois

en subissant le ghosting..

 

Je voulais mettre un festival de couleurs

dans ton quotidien.

Je te faisais des petites tables,

avec des guirlandes,

des amuses-gueules et autres

petites réjouissances..

 

Il est vrai que c’était souvent moi

qui avait l’initiative des gestes tendres..

J’ai un gabarit d’ours

mais un cœur d’enfant.

 

Je cherchais à te décrocher la lune

et tu as laissé tes parents

mettre un grand coup dans mon tabouret.

Je suis tombé dans les orties

et on m’y a laissé..

 

On m’a mis à la poubelle,

comme une chose jetable.

 

Peut-être que ton addictologue t’a convaincu

que je n’étais qu’une addiction parmi d’autres..

Peut-être que ton père t’a renvoyée

chez ta mère dans le Sud

et que tu préférais couper les ponts,

après leur avoir déposé les armes..

 

Je me suis posé mille questions..

 

Tout ce que je sais,

c’est que tu m’as manqué

du matin au soir.

 

Mon salon est devenu lugubre

par ton absence..

 

C’était merveilleux pour moi de savoir

que tu étais pressée de me rejoindre;

J’existais enfin.

 

J’étais enchanté lorsque tu me disais

que tu te sentais vivante à mes côtés.

 

C’est la première fois de ma vie

que j’aurais pu remercier Dieu

d’une rencontre..

 

J’ai cru qu’on était un couple souverain

destiné à vivre une belle histoire.

 

Je me demande si tu as déniché un type

dont l’union fut aussi nécessaire

que la notre..

 

A moins que tout cela ne fut, dans le fond

qu’une pathétique mascarade ?

 

Au bout du compte

je n’aurais peut-être guère été

qu’une escapade agréable

pour esquiver

tes week-ends d’austérité avec ton père

et tes amants salops..

 

Et quand je vois ton expression de psychopathe

sur ta carte d’identité,

on pourrait aussi se demander

si je n’ai pas été sous le joug

d’une gentille petite machination..

 

Je ne sais plus trop vraiment quoi penser

mais mon expérience m’a appris

que souvent le problème réside

dans le fait que j’essaye de comprendre

des filles complètement paumées..

 

Il n’y a rien de plus triste

qu’être rangé dans un carton

en l’espace d’un mois

par la personne en laquelle on croit

de tout son cœur..

 

Tu as sans doute retrouvé

tes amies et ex du Sud.

Ceux là-même qui ne donnaient pas signe de vie

quand tu étais à Paris.

Et peut-être y es-tu encore, d’ailleurs.

Ce serait d’une ineffable cruauté..

 

J’aurais voulu garder

un merveilleux souvenir de ta personne,

mais tu m’as plongé dans le pire cauchemar

de mon existence…

En esquivant le dialogue

tu as défiguré nos jolis souvenirs.

Nous étions sensés être un couple.

Tu nous a réduit à que dalle..

 

On m’a souvent abandonné au cours de ma vie.

Moi je ne sais pas faire ce genre de chose.

J’avais claqué jadis la porte de mes parents

pour donner raison à une connasse.

 

Pourquoi avoir donné mon adresse à ton père,

le jour du déconfinement ?

Cela avait tout l’air d’un sabotage..

Et dans les faits tu ne l’as pas pris au téléphone

pour défendre notre relation.

Tu as préféré m’encourager

à faire une main courante contre lui.

On pourrait se demander si tu cherches

à choquer et bousiller tes proches.

 

Je me souviens qu’une amie à toi avait désapprouvé

notre relation la veille de sa chute.

Elle t’avait fait douter et c’est peut-être bien elle

qui a vendu la mèche à ton père,

qui comme par hasard voulait se garer

par chez moi le lendemain..

 

Si je connaissais l’identité de cette fille,

je lui aurais fait suivre toutes ces chansons,

tous ces poèmes que je t’ai consacrés,

histoire qu’elle comprenne

qu’il est crétin, destructeur, effroyable

de formuler des allégations à charge

sans connaitre les gens..

 

Toi, tu étais sensée me connaitre.

Pourquoi les filles de ton époque

sont-elles si bêtes, si lâches ?

 

C’est désespérant de me dire

tu aies pu douter de mon Amour,

alors que j’avais toujours été prévenant

et à l’écoute,

toi qui te contentait de venir chez moi

pour te faire chouchouter,

sans trop te soucier

de mes problèmes à moi..

 

Dans le fond, tu étais d’avantage soucieuse

d’être aimée que de m’aimer..

J’étais le seul qui se vouait véritablement à l’autre..

 

C’est moi qui aurait dû douter..

 

Tu avais finalement besoin

que chaque personne de ton entourage

valide notre relation..

Mais pourquoi donner du crédit à des individus

qui ne me connaissent pas ?

 

J’ai bombardé ta ‘best friend’ de messages

qui a eu la délicatesse

de se ranger un temps de mon côté.

Et tu ne m’as pas adressé un mot en retour

alors que j’agonisais..

La vérité se résume à cela.

 

Je me doute que ton père avait annexé tes effets

et veillait au grain.

mais cela fait cinq mois désormais..

 

Si tu avais quelque chose à me reprocher

tu avais une bouche..

 

Ta mère quant à elle,

m’a écrit avec un tel dédain

que je lui ai vidé tous les dossiers

que j’avais sur son compte.

Désolé, mais elle ne méritait rien d’autre..

Le sentiment d’injustice était si intense

que moi aussi, un instant, j’ai eu envie

de tout détruire.

J’ai été trahi, comme en tant de guerre;

laissé dans une tranchée pour mieux être canardé

à bout portant.

 

Tu m’avais dit qu’avant de me rencontrer

tu ne savais que te détruire.

Je te rassure, tu sais encore mieux détruire

ceux qui t’aiment..

 

Je voulais te sauver ;

j’ai cru mourir

pour avoir souhaité

me vouer à toi.

 

Mais puisque tout est tellement mieux

maintenant dans ta petite vie,

n’est-ce pas cela qui compte ?

 

Découvrir son homme follement amoureux

c’est effrayant, il faut fuir..

Les femmes préfèrent courir après

les indifférents

qui leur pètent invariablement

la rondelle..

 

Un obstacle, un défaut ?

On change de joujou

 

Je t’aimais infiniment,

j’étais prêt à tout pour ton bonheur.

Mais tu dois avoir mieux à disposition

à présent..

 

J’avais envie de tracer un p’tit bout de chemin avec toi,

tisser des arcs-en-ciel dans une ambiance solaire..

Toi tu as toute la vie devant toi,

ce n’était pas un sacrifice que d’être heureuse..

Cette façon d’achever notre histoire

en abandonnant notre précieux jardin

quelle désolation..

Tu m’as laissé contempler seul

nos plus belles fleurs

faner..

 

Tu aurais pris la peine de m’adresser quelques mots,

comme moi je prenais la peine de toujours en chercher

pour t’apaiser dans tes moments difficiles;

tu aurais pris cette peine au nom de ma dévotion à toi,

tu n’aurais pas transformé chaque souvenir

en statue de plomb.

J’ai essayé d’écrire les plus belles chansons d’Amour

mais ces poèmes, parmi mes plus beaux,

prennent la rouille malgré tout..

J’avais mis mon coeur dans tes mains;

Tu étais la première à qui je donnais mon âme

tout entière.

 

Je ne sais pas comment tu t’arranges

avec ce que tu es;

j’ai un vague sentiment de dégoût à présent.

Ca donne envie de quitter ce monde

de vivre ce genre d’expérience.

 

Mais je n’ai pas envie que ton monde

me dicte sa petitesse.

Tiktok, Képop et Rap Américain,

snapchat et toute cette bouillasse fadasse

pour petits moutons désincarnés..

 

Tu n’as pas d’avantage de valeurs

à défendre

que d’identité.

 

Tu m’as dit que tu avais un cahier

où tu écrivais enfant;

tu te demandais

comment devenir une belle personne..

Il semblerait que ce souci là

ce soit quelque peu évaporé

de ton existence..

 

Tu m’as donné le sentiment

d’être l’entité

la plus facultative

de l’univers.

 

J’avais besoin de tout

sauf de cela.

 

Quand je t’avais rencontrée

je me souviens t’avoir dit

que je tolérais tout

sauf l’abandon.

 

Tu peux trouver mes poèmes,

mes chansons et mes lettres

à ton attention

sur le net.

 

Moi je n’ai plus une trace

de toi.

 

C’est tout comme

si tu étais morte.

 

Tu ne peux pas

te représenter

la violence

de ce procédé.

 

 

Il fallait du courage

pour désirer survivre

à cela.

 

Pour t’accueillir

j’avais déjà dû absorber

l’étrange laideur

de tes moeurs.

Rien que cela

il a fallu que je le digère.

 

Le mec de l’Hôtel

c’est comme si il m’avait

sali aussi.

On n’a pas la même empathie..

 

Je souffrais de tes sorties de route

très profondément..

 

Toi tu n’as aucunement perçu ma souffrance.

Tu l’as attisée.

 

Je n’avais pas imaginé

qu’une âme pourrait souhaiter

m’anéantir

à ce point là.

 

Je suis content de m’être accroché

à mon radeau tissé de musiques & poèmes..

On n’avait jamais déversé

autant de boue et de goudron

sur mon âme.

 

Il est peu probable

que je ressente à nouveau

un tel mépris pour ma personne.

Ca m’étonnerait fort..

 

Je ne pourrai pas ressentir

quelque chose d’aussi nocif

à nouveau.

 

Je te chérissais,

je chérissais notre relation.

Je me revois annoncer

à mon ami David

que jamais je n’avais aimé un être

comme je t’aimais toi

que jamais je n’avais éprouvé

une si douce plénitude;

le soleil était partout,

et tu en disais autant

autour de toi..

 

Dans une existence, il est si rare

de croiser des êtres avec qui

on désire une amitié,

puis que l’on désire aimer

corps et âme..

 

Tu me l’as dit,

tu ne pensais pas que quelqu’un

tomberait un jour amoureux de toi.

 

Et pourtant tu n’es plus là..

 

Sans doute que

ton esprit et ton coeur

sont à présent

à mille lieux de moi.

 

Cela me rend triste

si tu savais..

 

Je garderai pour toujours,

une large entaille dans le coeur

et ce coeur saignera

chaque fois

que je songerai

à ta personne.

 

Je suis délavé de toi.

Mes couleurs se sont ternies.

 

Je pense chaque instant à toi

 

Ô toi

qui a su

si bien m’oublier..