Akenos

Bruno Thiévet est né le 25 Septembre 1974, à Paris. Pour sa quarantième année il décide de proposer un site rétrospectif de ses cheminements artistiques et littéraires.. Bruno s'est exprimé à travers de nombreux vecteurs, tels que le dessin, le cinéma, le théâtre, la musique, la littérature, la photographie et le textile.. il a notamment œuvré comme metteur en scène et acteur ; chanteur, batteur, arrangeur et mixeur ; écrivain et parolier. Parallèlement, a exercé les métiers de barman, documentaliste, éducateur, concepteur-rédacteur, professeur de français et de philosophie. Bruno s'intéresse en premier lieu aux créateurs qui axent leurs travaux sur la sensorialité ; aime créer des textures & climats autour de ses poèmes & photos. A travers ses créations, il souhaite cristalliser la singularité des êtres et des lieux.

° PATCHWORK VOLUPTUEUX

Je t’attendais Je n’osais plus rêver trop fort à ce moment Peu de femmes à la ronde m’inspirentL’envie de partager les quatre coins du monde Dormir à tes côtés doit être doux et denseJ’ai tant souhaité ta jouePlonger –fiévreux- dans tes cheveuxMarécageux et doux Tes grands yeux sont taillésDans l’univers lointainComme de noirs cristauxAux reflets …

° PATCHWORK VOLUPTUEUX Lire la suite »

° JE T’EMMENERAIs

Je t’emmèneraiS dans un ranch traire des vacheset regarder des chevaux d’enclos tourner sans fin au milieu de nulle part.Je t’emmènerais longer des montagnes immenses,partager le silence ébahi et cotonneux d’une contemplation émerveillée.Je t’emmènerais fumer le cigare offert par un très vieux Cubain en gage de ta beauté.Je t’emmènerais contre mon épaule sur un chemin …

° JE T’EMMENERAIs Lire la suite »

° PETITE SOEUR DE TRIBU

Je t’en veux -petite soeur de tribu-de gambader toujours ailleurs,toujours si loin, toujours sans moi Je t’en veux d’avoir pris la fuite sans t’en expliquer ;j’aurais tant voulu me perdre dans les villes avec toi,squatter des instants de bonheur au hasard des rues Je m’en veux que mes disgrâces m’aient interditde traverser les boulevards en …

° PETITE SOEUR DE TRIBU Lire la suite »

° LE CHANTIER

Une voie de fer abandonnéerouilléeun monstre à paume ouvertefigéJe traverse l’étendue sabléetout est silencetout est tué Dans les vapeurs de sableun mirage vient danserc’est ton sourire aimablequi revient me narguer Tout est à vif autour de moimais je choisis en cet endroitque mon cœur s’ouvre et se défassede cette crasse de carcasse Le vent s’élève …

° LE CHANTIER Lire la suite »

° MON DERNIER SECRET

Tout respire chez toiLa féminitéCa transpire en moiA en suffoquer Je veux voir ta mainTaillée dans la soieFouiller mon écrinSans égard pour moi Depuis tout ce tempsTu les séquestraisLibère à présentTes désirs secrets Depuis trop longtempsTu es affaméeMontre-moi tes dentsJe veux en baver ! Tout ton corps me broieDe sensualitéTes yeux me foudroientDe flammes insensées …

° MON DERNIER SECRET Lire la suite »

° HOLD UP

J’ai envie d’un hold upenvie de te fouiller, de dévaliser ton corpsvenir dans ton dos, te parler sèchement à l’oreillete mettre en joue, puis à terre,t’attacher, t’engueulerte regarder crier en fermant les yeux sous les coups de pétardjusqu’à contempler enfintout ce liquide sortir du fond des sacs..

° LA LIQUEUR DU FAUVE

Chevauche-moiEt je m’abandonneA ta sauvage éléganceLes esprits alentoursMatent ton cul à l’airEt nous laissent toi et moiTout à l’intimité de nos grands regards fauves Dévisage-moiJe suis ta proieTes doigts s’éventaillent sur mon ventre et mon torseTandis que des rayons solairesViennent s’habiller dans tes cheveux Tu entrouvres la boucheTe relaies à la soucheEt tes yeux qui …

° LA LIQUEUR DU FAUVE Lire la suite »

° DANS LES HERBES HAUTES

Tu m’entraîneras sous l’aversedans les herbes hautes-souplesetprise pas l’ivresse des senteurs du sous-boistu laisseras ta petite liquetteabsorber toutes les eaux du ciel.. Puis c’est moi que tu laisseras dès lors,dans un élan de volupté langoureuse,retirer ta seconde peau,révélant ton corps à jeun et frémissantsous l’oeil électrique de l’orage..

° LES OLIVIERS

Les oliviersDans le ciel bleuOnt des refletsDorés Les oliviersTutoient les cieuxParmi les féesQui dansent Les oliviersOnt leurs cadencesDans le vent fraisLéger Les oliviersPlantés aux creuxDe mes journéesD’errances Les oliviersPortent un parfumDe connivence

° L’ILE DE RE

La flotte en Ré, fin septembre J’ai le cœur gros et plein d’images Des rivages désertiques de Sablanceauxau Bois-plage touristiquemais malgré tout si beau Les patelins et les rues abandonnéesme laissent à ton reflux sans destinée De joies surestimées en naufrages hideuxj’arrive dans tes marées pour me laver les yeux Ramener de La Flotteun fromage …

° L’ILE DE RE Lire la suite »